Vincent Jacques disait:



  • Voilà ce que disait Vincent Jacques en début d'année :

    0_1543173862386_201411Confiance.JPG

    vincentjacques 7 months ago Merci pour ces questions très pertinentes, voici les réponses :
    1/ Toute l’équipe malgache travaille à plein temps pour Paypite et est évidemment rémunérée. Ce sont des développeurs full stack avec expérience principale sur Node.js et AngularJS, qui se sont mis à la blockchain depuis une petite année. Ils ont bien sûr une part dans les 20% de paypites réservés à l’équipe.
    2/ Nous pensons effectivement que les délais indiqués dans la roadmap peuvent être respectés
    3/ Nous n’avons pas cherché de gros investisseurs car nous voulons une adoption grand publique de la paypite, nous préférons donc éviter une concentration de la détention par quelques gros investisseurs
    4/ Les micro-crédits visent en effet à être à taux 0%, et c’est l’association Paypite qui s’en occupera. En fonction des pays, elle pourrait travailler avec des partenaires locaux.
    5/ A ce jour il y a 3 897 portefeuilles Paypite
    6/ On ne saura sans doute jamais quel aurait été le meilleur scénario sur les derniers mois, mais en tout cas sur le long terme, on peut penser que si des millions de personnes utilisent la paypite la masse monétaire totale devra sensiblement augmenter.

    vincentjacques 7 months ago

    Bonsoir, nous sommes en contact avec certains organismes pertinents tels que l’Organisation Internationale de la Francophonie, également avec certaines personnes proches du gouvernement ou hauts-fonctionnaires, mais à notre connaissance le gouvernement lui-même (c’est à dire les ministres) n’a pas encore connaissance de notre démarche. Nous espérons cependant gagner en visibilité auprès du gouvernement français dès que possible.

    vincentjacques 7 months ago
    @fab87 Oui car ce sera une carte Mastercard ou une carte Visa (voire même les deux en fonction des pays), et il n’y aura pas de restrictions. Les paypites seront automatiquement et instantanément converties en euros ou autres devises (franc CFA, etc.)

    En deux mots voici quelques unes des mesures de sécurité :

    Toutes les connexions sont encryptées en SSL
    Toutes les actions des utilisateurs et des administrateurs sont loguées et archivées pour investigation possible
    Aucun transfert de paypites n’est possible sans vérification de l’identité du teneur de compte (passeport ou autre)
    Toutes les paypites conservées pour le compte des utilisateurs du Portefeuille Paypite sont stockées dans un smart contract multi-signature, et leur transfert vers une adresse externe (sur la blockchain) ne se fait qu’après validation manuelle des transferts à effectuer
    Tous les mots de passe sont stockés de manière encryptée avec la méthode SALT (bcrypt.hash)

    1/ Nous n’avons pas cette information (on pourrait agréger des sources et la calculer mais nous ne l’avons pas fait), cependant à vue de nez je pense qu’on doit être entre l’équivalent de 10 000 € et 20 000 € de transactions en paypites par jour
    2/ Le bureau de change à Madagascar a commencé à bien fonctionné : tous les jours des retraits en Ariary sont faits. On remarque que les Malgaches l’utilisent pour deux choses : transférer de l’argent de France vers Madagascar, et retirer des bitcoins et ether en espèces (conversion de BTC/ETH en PIT puis conversion des PIT en Ariary)
    3/ Oui il y aura du micro-crédit en paypites mais pas pour acheter un véhicule : notre objectif est de développer l’activité économique, donc de financer des entrepreneurs, artisans, etc. (pour lancer une entreprise ou un projet)

    Un facteur clé de succès d’une monnaie commune est qu’elle soit principalement utilisée par les acteurs économiques de la zone visée, en l’occurrence les pays francophones (qui regroupent la majorité des francophones). Si les francophones se mettaient à utiliser une cryptomonnaie purement globale comme le bitcoin, ou une autre cryptomonnaie qui serait fortement utilisée par exemple par le monde hispanophone ou par les pays asiatiques, alors cela instaurerait une dépendance de fait des pays francophones vis-à-vis des utilisateurs majoritaires de cette monnaie (monde hispanophone, pays asiatiques, etc.).

    Cette dépendance de fait ne serait pas satisfaisante car elle ne permettrait pas à cette monnaie de servir les intérêts économiques des pays francophones. Les fluctuations de cette monnaie seraient subies par les francophones et liées à des facteurs externes, alors qu’il est au contraire souhaitable que cette monnaie fluctue en fonction des économies des pays francophones. Il nous semble donc nécessaire d’introduire une nouvelle cryptomonnaie, qui sera principalement utilisée par les économies francophones, et dont l’évolution sera, on peut l’espérer, dictée par les besoins et les conditions économiques des pays francophones. Cette monnaie doit être au service des francophones, et non pas l’inverse."

    En outre, vous citez le BTC et le LTC, mais ces cryptomonnaies sont loin d’avoir la scalabilité nécessaire à une monnaie qui sera utilisée quotidiennement par un nombre significatif de francophones dans le monde. Aussi, outre l’aspect macro-économique cité ci-dessus, ces monnaies ne sont pas des options viables pour notre projet.

    Par ailleurs, nous ne souhaitons pas que l’univers des crypto soit exclusivement anglophone. En privilégiant l’anglais, vous participez à la domination des Etats-Unis sur le monde, alors que de notre côté nous défendons une vision multipolaire du monde où la langue française, entre autres, doit avoir toute sa place.

    Etc . Etc .



  • @wtf bravo pour ce pavé !


 

Derniers Posts