Utilité et usage d’une cryptomonnaie francophone


  • Moderateur

    Au regard des barrières financières existant aujourd’hui et des difficultés pour créer une Union économique francophone via un processus centralisé et politique, l’introduction d’une monnaie commune reposant sur la technologie blockchain paraît opportune.

    En effet, une telle cryptomonnaie reposerait sur un processus et une technologie décentralisés et apolitiques, et sa diffusion se ferait par adoption populaire plutôt que sous l’impulsion des gouvernements. Cette diffusion est aujourd’hui rendue possible par l’essor significatif du téléphone portable et des réseaux 3G/4G ces dernières années, y compris dans les pays émergents.

    Comme l’euro au sein de l’Union européenne, la monnaie commune des francophones permettrait de développer les échanges en créant une zone économique où les frais de change sont nuls, les frais de transfert nuls ou quasi-nuls, et le risque de change inexistant. Utilisée aussi bien pour les paiements du quotidien que pour les transferts internationaux, cette monnaie permettra d’assouplir les barrières au commerce qui éloignent aujourd’hui les francophones.

    Notons qu’il ne s’agit en aucun cas de créer une monnaie unique remplaçant les monnaies nationales, mais plutôt une monnaie commune positionnée comme complémentaire aux monnaies nationales. De même que le français n’est pas une langue unique et que la plupart des francophones utilisent au quotidien non seulement le français mais aussi d’autres langues locales ou internationales, la monnaie francophone ne sera qu’une des monnaies utilisées quotidiennement par les francophones. A l’heure où les identités sont multiples, où les individus s’identifient et parfois se choisissent plusieurs appartenances ethniques, sociales et culturelles qui se superposent, il est naturel que le même phénomène de superposition et de décentralisation se produise avec les monnaies, et que les individus puissent choisir librement quelles monnaies ils souhaitent utiliser pour leurs paiements.

    Cette vision du monde monétaire a été théorisée par Friedrich Hayek, prix Nobel d’économie, dans son ouvrage Pour une vraie concurrence des monnaies , appelant au libre arbitre monétaire et prônant l'abolition du monopole des banques centrales.

    (Extrait du Livre Blanc Paypite : https://paypite.org/wp-content/uploads/2018/05/Livre-Blanc-Paypite-v0.8.pdf)


 

Derniers Posts